L´Ego

“L´EGO”

 

« Le temps était né, car le temps est né quand  est né la première créature et ILMATAR (ou Luonnotar) n´était pas la première créature… (Kalevala, épopée finnoise)

 

Lorsque j´ai commencé à étudier la psychologie j’ai découvert l´Ego. C’était tout simplement l’une des trois parties qui composent la personnalité humaine d´après la théorie que Sigmund Freud rendit populaire, même si ce concept était beaucoup plus ancien.

Après, quand j´ai entrepris d’ étudier les sciences occultes en général et la franc-maçonnerie en particulier, l´Ego est devenu une sorte de synonyme de tout ce que l´être humain  peut avoir de mauvais : l´orgueil, le désir d´être le meilleur  à tout prix, la colère, etc. Il semblerait qu´il faille impérativement se défaire de l´ego pour devenir un bon maçon, un bon frère ou une bonne personne.

Et cependant….

J´ai choisi de faire cette planche parce que, dans un certain sens, je me sens mal à l´aise quand j´entends parler en maçonnerie de l´ego de façon si péjorative.

Je me propose de mettre les choses à leur place et de  redonner  à l´ego l’importance qui lui revient.

 

I-                    Une histoire possible…

Avant d’ entrer dans d´autres considérations je vais vous raconter une histoire :

 Imaginez qu´on soit dans une vallée entre des montagnes d´un côté et un fleuve de l´autre,  et qu’il y ait  là une armée de 600.000 soldats. Ils ont tous le même âge ; ils sont nés à la même date, à la même heure. Chacun d´eux possède sa propre personnalité, sa propre histoire, et une qualité qui le rend indispensable pour cette armée. Quand bien même ils sont 600.000, ils fonctionnent comme un seul. Ils se réveillent ensemble et tous en même temps, ils prennent leur petit déjeuner ensemble ; ils font leurs devoirs, journée après  journée, ensemble ; et c’est encore ensemble qu’ ils se préparent à  une future bataille. Bref !  C’est une armée très bien formée et unie. Ils obéissent tous à la voix de leur Général sans même se poser la moindre question. Tous ensemble, ils forment une armée  parfaite. Sauf qu´ils n´ont jamais combattu. Ils sont prêts, sachant qu´un jour, peut être, cela devra arriver. Mais ils ont tous  confiance en leur général. Ils ne se sont jamais posés la question qu´un jour, peut être, il faudrait faire le sacrifice de soi. Ce n´est qu´une théorie qu´ils n´ont jamais vécue.

 

Puis arrive le moment où ils sont prêts pour la bataille. C´est une journée comme une autre à un détail près. Ce jour-là, en effet, le Général ne dicte pas les règles. Il y a un sacrifice à faire. Le général, en les prétendant prêts,  a décidé de les laisser libres et  de décider pour eux mêmes l´accomplissement de leur devoir, car lui-même ne sera plus en mesure de les diriger…

Ils ont déjà pris position quand le choix doit se faire.

 Alors, libres de leur choix, devant la bataille chacun agit d´une manière différente.

 Tout d´ un coup, ils se rendent compte qu´ ils ont le choix.

Les uns, les plus courageux ou, peut être, ceux qui ne pensent pas, se  lancent dans la bataille comme d´habitude, les autres hésitent et prennent conscience que cette fois-ci ils peuvent choisir. D´entre ceux qui hésitent, quelques´uns tournent le dos et partent dans  toutes les directions,  tandis que quelques autres décident de combattre avec plus d´ardeur parce  qu’ ils sont libres.

 Un peu plus tard, l´armée n´est plus une armée.

Ces soldats qui ont passé toute une vie entière à fonctionner comme un seul homme, se sont dispersés partout pour ne plus se rejoindre.

Ils garderont toujours des souvenirs, même les habitudes qu´ils avaient contractées au sein du groupe, mais chacun poursuivra sa vie en solitaire. L´armée n´est plus une armée ; maintenant il y a 600.000 soldats qui marchent chacun de son côté, sans guide, sans rien, avec, peut être la nostalgie, d´un souvenir, comme celle qu’ ont souvent les hommes après leur service militaire et qui ne les quitte jamais de leur vie. D´autres se cacheront  pour toujours avec la honte de ne pas avoir réussi.

Mais tous, auront connu des sensations inconnues jusqu´à ce moment..

Gardez cette idée en mémoire, on y reviendra après.

 

Maintenant l´histoire :

Dans la planète, d’ une autre galaxie, il observait la très lente évolution de la créature. Le germe vital qu´il avait mis sur la Terre, des milliers d´années avant, avait fructifié, il avait donné des milliers de formes vivantes différentes. Mais elle, sa créature, était loin d´être comme il l´avait imaginée. Et il décida d´attendre un peu plus, quelques millions d´années. En tout cas, il avait toute l´éternité…

Les trente millions d´années s´écoulèrent très vite : sur la Terre personne ne savait  compter le temps… les terriens n´avaient pas même le concept du temps… Combien de temps se passerait-il avant qu’ils n’ aient  atteint les 1.750 cm3 de capacité crânienne qu´il avait calculé nécessaire pour avoir un être intelligent ? Ils avaient maintenant à peu près  400 cm3. C´est alors qu il décida d´intervenir.

 Lui, Shemihaza, le chef des surveillants, décida de faire descendre les surveillants avec leur équipe pour accélérer l´évolution de la créature. Les surveillants : Ar'taqof, Rama'el, Kokab'el, -'el, Ra'ma'el, Dani'el, Zeq'el, Baraq'el, 'Asa'el, Harmoni, Matra'el, 'Anan'el, Sato'el, Shamsi'el, Sahari'el, Tumi'el, Turi'el, Yomi'el, y Yehadi'el, se préparèrent pour descendre sur le mont qu´ils appelaient « Hermon » (livre d´Énoch c.VI  v.7).

Bien avant  des millions et des millions d´années terrestres, en Haut, le Conseil se réunit devant le Très Haut, appelé aussi par certains « L´Ancien des jours » ; Métatron faisait savoir au Très haut les plans de Hayah :

-          On doit éviter ce qu´il veut faire -disait Haiaiel (Métatron) au Très Haut.

-          On ne peut pas lui empêcher  - disait Halal (Lucifer) - tu leur as donné le libre arbitre et toi aussi tu lui as donné le don de créer.

-          Mais, cela est très grave Seigneur – disait Haiaiel- On n´a rien dit pendant qu´il s´amusait à créer son univers, quand il a fait les astres, les galaxies, les systèmes planétaires, quand il a fait croître toute sorte de créatures avec le don que tu lui as donné : Haiah (le Verbe), en condensant l´énergie en matière plus grossière ; on n´a rien dit même quand le cinquième jour, avec cette matière, il a fait un être à son image. Après cela, il semblait satisfait et on pensait qu´il avait fini sa création ; mais  maintenant c´est plus grave, car pour essayer de rendre intelligent sa créature, il veut se mélanger avec eux. Il devra prendre, lui aussi, la forme la plus basique et partager avec eux son Adam, son âme immortelle.

-          Il est conscient – ajoutait Halal- et il en est disposé. C´est son choix. Tu l´as fait à ton image, tu lui as donné le pouvoir de créer et il a  le droit de faire ce qu´il veut avec son âme et avec sa créature.

-          Mais on a des règles ici – disait Haiaiel- qui s´inquiétait de plus en plus.

Alors le Très haut leva la main pour arrêter la discussion.

 Lui qui savait le passé, le présent et l´avenir.

Lui qui savait ce qui allait se passer dans l´univers qu´Adonaï avait créé ; Lui qui savait qu’ en se mélangeant avec ceux qu’ il appellerait Elohim il allait s´enfermer pour toujours sous une forme matérielle ; Lui qui savait qu´en enfermant dans cette forme son Adam, son âme collective et immortelle, il allait se fragmenter à jamais ; Lui qui savait que de cette manière il allait casser la forme la plus parfaite : le cercle, qui se régénérait lui- même avec son expansibilité, pour créer une forme imparfaite, la spirale dont le cercle ne se fermerait jamais. De cette manière, sa créature se développerait dans un monde Maya, d´illusion où rien existe si ce n´est  conçu pour ses sens.  Il savait que les femelles, avec qui les surveillants allaient se mélanger, accoucheraient de géants sans intelligence  en même temps que d’ êtres intelligents. Il savait que cette spirale allait se reproduire sans cesse et que chaque fois que cette créature aurait atteint la connaissance pour créer, un nouveau cycle recommencerait à chaque fois. Lui que savait tout cela, savait aussi qu´il ne pouvait et ne devait pas intervenir ; il avait donné à tous le libre arbitre par mandement de l´Inconnu, l´Innombrable, celui qui avait été émané directement du Centre du Tout. Les sphères concentriques jusqu´à maintenant allaient s´écrouler en spirale et de la même manière leurs mondes : Aziluth, Briah, Yetzirah, Assiah, en une carrière infinie, comme toute la création.

Alors, Halal, pour qui  la pensée du Très haut n’avait rien de secret dit :

-          Je ferai donc le don de la Connaissance à la créature qui va devenir l´Homme, je lui montrerai qu´il y a des mondes au-dessus de lui. Je serai toujours là, près de lui, pour lui susurrer à l´oreille qu´il descend d´une race céleste et qu´il garde ce souvenir en une parcelle de sa petite partie d´Adam. Je lui donnerai envie d´être comme nous ; et toi, Seigneur tu l´accepteras parmi nous quand il sera digne d´être reçu. Ils me nommeront Helel (Porteur de Lumière).

-          Alors, Seigneur- dit Haiaiel-  si cela est inévitable, laisse-moi apporter à la créature, la protection de mes armées, je lui enverrai à Mikael, à Raphael, à Gabriel, à Sariel et à Uriel pour les aider quand ils en auront besoin.

De cette manière,  Adonaï descendit dans le monde qu´il avait crée et il donna naissance à une nouvelle sphère  qu´il a appelé Malkut, car c’ était son Royaume.

Jusqu´à ce moment Adonaï était comme l´armée dont  on a parlé. Descendus dans le monde de Malkut et soumis à la forme matérielle les hommes n´ont plus le Général, ils savent uniquement qu´ils doivent chercher les femelles qui accoucheront des enfants, ils savent que plus tard, ´ils auront le devoir d’ apprendre certaines choses à leurs enfants.

 Mais comme dans l´armée citée plus haut, certains sont plus courageux que les autres.

Et la bataille débute… envers eux-mêmes.

Ils  ne sont plus qu’un seul Adam, ils ont un choix, et ils se battent… un peu sans savoir pourquoi. Les uns parce qu’ils veulent défendre et accomplir le devoir dont ils se souviennent à peine, les autres parce qu’ ils ont découvert q’ils  ne sont pas obligés de l´accomplir.

Caïn tue  Abel.

Ils viennent de découvrir l´Ego…

L´Histoire se répète dans d´autres galaxies, dans d´autres planètes… en une spirale que ne s´arrête pas. Les mondes Aziluth, Briah, Yetzirah, Assiah, se répètent aussi en des nouvelles spirales chaque fois que les descendants des Adonaï, aidés par Helel, atteignent la formule pour créer.

De cette manière, beaucoup de mondes plus tard, Shemihaza avec 200 surveillants descendirent sur le mont Hermon, et cohabitèrent avec les filles des hommes et elles accouchèrent des fils. Les uns étaient des géants sans intelligence, les autres  ne savaient  même pas parler. Eux, les Lucifers durent tout leur apprendre.

L´homme était né sur la Terre…

 

En bas, le Chef de la bande  commençait la descente de la grotte pour aller, comme chaque matin, chercher les fruits pour s’alimenter. Il  allait le premier, comme d´habitude, mais ce n´était pas un signe de pouvoir, c’était simplement le seul à prévoir tous les obstacles. Bien des années avant, à sa naissance, la tribu avait voulu le tuer. Il n´était pas comme les autres. Il était blanc presque bleu, blond et sans poils. Les autres étaient foncés, pleins de poils et paraissaient des singes. Personne ne se demandait rien, pas même d´où il était sorti. Personne n’était en condition de se demander quoique ce soit. Ils sentaient, tout simplement, que quelque chose ne marchait pas bien. La mère s´opposa. Son instinct bien sûr ! Cela lui semblait  naturel, elle n´aurait même  pas pu expliquer pourquoi elle s´opposait. Et, peut être parce que la couleur de sa peau leur rappelait la couleur du ciel, ils l´ont laissé vivant.

Un jour, il se rendit compte  que les autres membres de la bande tombaient quand ils descendaient dans la  grotte, seulement lui savait où mettre les pieds pour ne pas tomber. Il connaissait deux choses, mais il ne savait pas quoi  en faire. Naturellement il s´était mis le premier pour descendre et les autres le suivaient. Mais il passait des jours et des nuits à se demander pourquoi il se rendait compte de choses que les autres ne voyaient même pas.

Beaucoup de soleils plus tard, un jour que sa mère était derrière lui, il perdit l´équilibre et il était sur le  point de tomber, quand, sans savoir comment et pourquoi, il ouvrit la main et pendant un instant, il prit les doigts de sa mère qui pût le soutenir. En ce moment quelque « chose » d´étonnant avait surgit entre eux. Aucun des deux ne le sut  parce que tous les deux continuèrent leur chemin, en étant  à la fois sceptiques et surpris, mais ils avaient découvert l´aide, l´amour et la reconnaissance.

 

En haut, le Seigneur regardait la créature et commença à ressentir pour elle un courant de sympathie.  Après tout, peut être…

Lucifer se préparait, une fois de plus, pour accomplir sa promesse…

 

Gardez cette histoire en la mémoire car on y reviendra…

II-                  Physique Quantique

Nous allons maintenant aborder  ce qui les hommes actuels nomment la physique quantique. Quels en sont les principes ?

1.- Un objet quantique (par exemple un électron) peut être, en plus un espace en même temps.

2.-, on ne peut pas dire d’ un objet quantique  qu’il se manifeste dans une réalité spatio-temporelle ordinaire jusqu´à  ce qu´on l´observe comme une particule.

3.- Un objet quantique cesse d´exister ici et simultanément à une existence dans un autre endroit, mais on ne peut pas dire que celui-ci a parcouru l´espace qu´il y a entre tces deux points.

4.- Une manifestation d´un objet quantique  produit par notre observation, influence simultanément son jumeau auquel il est relié , peu importe sa distance.

La physique quantique est en train de démontrer que l´esprit et la matière font partie d´une seule réalité et que la matière n´existe  comme telle que lorsque est présent un observateur. Cela ne veut pas dire que la matière n´existe pas ou qu’elle soit une illusion, mais que sa réalité est secondaire à celle de la conscience qui est, en réalité, la base de toute l´existence.

C´est ainsi que tous les phénomènes sont déterminés par cette conscience. En tout cas la conscience est la réalité ultime. En ce sens la conscience du sujet dans une expérience objective est la même conscience qui est à la base de toute existence, étant de cette manière, aussi, la conscience, le facteur unitif, parce qu´il n’y a qu´une seule conscience et nous formons tous cette conscience. La fragmentation et l´objectivité sont une illusion de l´Ego, car d´après la physique quantique, il n´y aucun objet dans l´espace-temps, sans qu´il y ait un sujet conscient qui l´observe. Sans cela il n´y a qu´ondes quantiques. Cette conscience qui bloque les ondes,  les fait agir comme particules.

On peut dire alors que l´observateur est le créateur de l´objet en cet espace et ce temps.

 

III-                Psychologie

Et maintenant on revient à L´Ego.

Je commencerai par exposer très brièvement que l´Ego, également appelé le Moi,  est placé entre le Cà et le Super-Ego où Super-moi :

 le Cà  est la partie de la personnalité avec laquelle on vient au monde, la partie instinctive, celle dont on a hérité de nos ancêtres ;

 et le Super-Ego,  est la partie inconsciente, qu’on ne connaît pas, et qui est en rapport direct avec le monde supérieur spirituel.

On peut dire, par exemple, que l´Ego est le monde des idées de Platon, ou bien, si on parle en langage scientifique actuel, dans d´autres dimensions de conscience  en accord avec la théorie de cordes. 

Mais qu´est-ce que l´Ego ? La définition en est plus difficile. On pourrait dire que l´Ego, le Moi, c´est ce que l’on pense, ce que l’on est, à partir des expériences, bonnes ou mauvaises et des idées qu´on se forme tout au long de sa vie en fonction de ce qu´on croit de soi et de ce que les autres croient de nous et qu’ils ont réussi à nous faire croire que nous sommes.

Certains courants font une distinction entre le Moi et l´Ego. Ils laissent pour le Moi la partie consciente et pour l´Ego la partie inconsciente, mais la plupart des écoles considèrent que ce n´est qu’un seul concept.

La personnalité de quelqu´un est un mélange de ces trois parties. Mais ce que chacun de nous  voit de tous, et c´est justement l´Ego qui est une sorte de pont entre le Cà et le Super-Ego.

En Psychologie, l´Ego est l´unité dynamique qui forme l´individu conscient de sa propre identité et de son rapport avec le milieu ; il est donc le point de référence de tous les phénomènes physiques. Vraiment c´est le système qui nous met en contact avec la réalité, comme un « contrôleur » des phénomènes psychiques.

Comme nous pouvons déjà le deviner, il est impossible et inhumain de se défaire de l´Ego, car il est le moteur qui fait fonctionner l´esprit humain dans sa réalité.

Le problème est que cet Ego s´alimente et se construit en soi-même, en formant des idées et en rapportant des formes,  en créant des structures qu’on pourrait imaginer semblables aux atomes autour d´un noyau central. L´activité, les idées, les réussites et les échecs sont attirés par la gravité de ce noyau. Et tout cela continue jusqu´à former une entité  fictive pour ainsi dire, même si on croit qu’elle est véritable.  En tout Ego il y a une partie vraie et une partie vraisemblable. Et cependant c’est le seul moyen que nous ayons de nous mettre en rapport avec la réalité qui, comme nous le savons tous, est aussi fictive.

Jung nous dit que : «  l´Ego est le point focal de la conscience. L´Ego est le porteur de notre conscience, conscience d´être, ainsi que le sentiment permanent d´identité personnelle. »

L´axe Ego-Soi est le point crucial de cette question, car il démontre la très importante fonctionnalité de l´Ego, étant placé comme l’archétype de soi-même et la relativité du même, comme véritable centre de l´individu, parfois personnel et parfois trans-personnel.

Alors on va aller un peu plus loin pour essayer de placer l´ Ego à sa juste place.

 L´Ego est la conscience mélangée avec l´esprit, les sens et ses objets. À cause de cela il est assujetti à conditions, changements et modifications et, par voie de conséquence, il est irréel. Comme l´Ego lui-même est irréel, toutes ses fonctions, soient-elles plus ou moins grossières ou subtiles, doivent être, aussi, irréelles.

C´est l´Ego qui expérimente le monde phénoménologique.  L´existence relative de tous les phénomènes existent seulement dans l´esprit et dans l´Ego. Aucun esprit ou opération mentale ne  pourrait se produire si l´Ego disparaissait et sans lui le monde ne pourrait pas apparaître. L´Ego n´est que l´auto-conscience conditionnée et limitée par la nature limitée et apparente de la dualité.

La dualité est la nature de l´esprit et de l´Ego. Les fonctions et les résultats de la dualité, la nature de l´objet et du sujet, sont apparences super-imposées au véritable soi, qui est la conscience pure.

IV-               Les Archétypes

J´ai dit qu´on pourrait   placer l´Ego dans les mondes des idées de Platon. C´est à dire dans le monde des Archétypes.

 Nous allons donc pénétrer dans le monde des Archétypes. Et, parler des Archétypes pour placer l´Ego, c´est pour nous martinistes, parler de la création et de la Kabballah.

Permettez moi de vous livrer mes réflexions personnelles que j´essaierai de faire le plus brièvement possible.

Tout Kabbaliste, gnostique ou studieux définira  Dieu avec « ses propres mots : Je suis celui que je suis » Et cela, comporte en soi l´idée de Dieu comme d’un Tout. Mais on sait que toutes les civilisations ont fragmenté ce Tout en de multiples aspects, car on peut diviser cette définition en beaucoup d´autres :

-          Je suis l´esprit

-          Je suis la conscience

-          Je suis ce que je suis

-          Je suis celui qui regarde

-          Je suis celui qui voit

-          Je suis celui qui permet de voir

-          Je suis celui qui empêche de voir

-          Je suis celui qui ne voit pas

-          etc.…

On pourrait arriver jusqu´ à…. peut être 600.000 ? Et cela indéfiniment !

 

La créature, Adonaï, par exemple, est créée, la sphère de Hesed (l´amour de Dieu), est celle où le paradis  a été placé. Avant, en Hochmah (ABBA, le Père) et Binah (IMA, la Mère (rappelons-nous de ILMATAR))  c´est la dualité qui se fait, donc l´équilibre c´est Daat qui le fait.

Dans les premiers jours il continua le plan tracé, mais…

Ce que nous appelons « la chute » et qu´on nous fait concevoir toujours comme une punition c´est, à mon avis, une autre chose.

Libre, sans l´intervention du général (rappelons-nous de l´armée) il peut décider,  il mange de l´arbre interdit, aidé par Lucifer (Helel) et il connaît la peur, il connaît la nudité, il est dépourvu d’innocence, et  « ils supplièrent pour obtenir le pardon de leurs fautes… car ils n´osaient s´adresser à lui, ni même lever les yeux au ciel… » (Livre d´Enoch C. 13 v. 6. Mais c´est trop tard, toutes ses qualités qui avant étaient  étaient ensemble se sont fragmentées.  Plus encore, il perd la conscience de son être et ne conserve que celle par laquelle il descend. Il prend un autre sentier, l´Aleph, deux tendances opposées (Iod) unies par une force médiatrice (Vav), celle qui amène à la 5º sphère. Il connait ainsi Geburah où il prend conscience de la fatalité de ses actions.

Il est « condamné » à percevoir seulement ce qu´il peut observer. Et il ne peut observer qu´une seule de ses capacités chaque fois.  C´est ainsi qu´il sépare tous les aspects auxquels nous faisions référence avant. Plus encore il devient polaire : Male et Femelle.

600.000 ? peut être… à mon avis c´est un nombre symbolique…

Vous rappelez-vous de l´armée ?

Chaque soldat de cette armée qui fonctionnait comme un seul individu, avait une des qualités de toute l´armée, Ensemble ils étaient parfaits, séparés ils deviennent imparfaits. Ils se rendent compte, maintenant du manque des qualités des autres qui les rendaient ensemble parfait.

Alors il connaît le désir et il est enfermé dans le temps (théorie des cordes), il est réduit à ne  percevoir  que quatre dimensions qui n´existent que quand´il prend conscience d´elles.

Et il est nu. La première nudité évoquait la maîtrise de ses pulsions; la seconde évoque l'impatience, quelque violence, le débordement, l'avidité, le désir de retourner à la place où il était et tous les désirs matériels de sa nouvelle condition.

Il est victime de sa propre liberté qu´il ne sait pas manier.

Plus encore, il devient polaire : Male  et Femelle, par séparation du principe Elohim.

IEOVA et IEVE, ont les mêmes lettres en hébreu, car les voyelles ne s´écrivent pas, alors ce sont YHW. C´est le même principe polarisé.  En fait, le commencement même de la Torah commence par la lettre B (Bereshit), ce qui veut dire déjà que la création est commencée sur un principe de dualité.  Cela, encore,  n´est qu´une réalité qui dépend de l´observateur, car le fœtus au début est androgyne… mais c´est le sujet d´une autre planche.

Et c´est ainsi que l´homme a eu deux fils (le bien et le mal, le fruit de l´arbre) : Caïn, l´homme impulsé pour les désirs matériels, ceux que l´homme vient d´acquérir et Abel, l´homme qui conserve son désir spirituel.

Cependant, Caïn tue Abel, c´est à dire, la nouvelle forme de l´homme tue en soi toute la partie spirituelle. `A partir de là, la descendance de Caïn va être celle des constructeurs, des inventeurs, des forgerons, la race de ceux qui feront développer l’ existence matérielle de l´homme.

Et ces descendants  ont créé tout ce qui existe : l´Architecture, la musique, l´art… Abel était la lumière, mais cette lumière fut éloignée de l´homme.  L´intelligence pratique a prédominé sur l´intuition, sur la miséricorde,  cette partie qui restait de existence  antérieure en Hesed. Mais elle ne disparaîtra pas. Elle  est là, morte, mais, existante. Toutes les deux, sont concentrées en l´Ego. Elle resurgira en un nouvel être : Set qui aura déjà en soi les deux essences.

L´Ego c´est cette lutte des ces deux frères qui existe toujours en l´esprit de l´homme : celui qui a les sentiments les plus élevés, Abel ; et celui qui a les plus bas, Caïn.

Les enseignements kabbalistiques nous montrent que Dieu a fait l´homme pas seulement avec une seule inclination, mais avec deux : Yetzer Ha Tov, l´inclination au service des autres et Yetzer Ha Ra, l´inclination au service de soi.  Les Bouddhistes Zen, disent qu´il ya l´Ego objectif et l´Ego subjectif et qu´on doit combiner tous les deux.

Tout cela unit à ce désir vers un que sais-je, qui n´est que le désir de retourner à Hesed. Mais même cela, peut être une réalité ou une autre selon l’endroit où l´observateur est placé. Le bien et le mal, n´est il pas relatif et différent pour chacun de nous ?

Alors, pourquoi donc nous défaire de l´Ego comme nous l’intiment tous les systèmes philosophiques,  toutes les religions, etc.?

Justement, ce noyau central qui attire toute sorte de choses, peut faire que la personnalité tourne dans un sens ou  dans un autre. Selon  que l’on rejoint la partie Caïn ou la partie Abel. Ou,  mieux dit, selon l’endroit  où l’on  observe l´objet.

 Du mot Ego provient le mot Egoïsme par exemple, avec un sens plus péjoratif que l’Ego lui-même !  Et avec l´Ego on fait l’association de tout ce qui est en rapport avec la nécessité d´être le protagoniste. Ou ce serait mieux de dire… la nécessité, tout simplement.

Il y a un égoïsme inférieur qui fait partie de l’instinct de conservation (Caïn) et un autre prêt à se sublimer par mystique de soi-même pour se connaître et se construire (Abel)

Et la question est là.

L´être humain apprend d´abord, et cela dès les premiers instants de sa vie,  qu’il  a certaines nécessités ; aussi demande t-il à sa mère de satisfaire ses besoins  pour survivre. C’est la première des choses que l´Ego attire à lui. Et c’est cette première idée qui s’instaure au  plus profond de l´individu : celle de demander aux autres l’assouvissement de ses nécessités (Caïn). Si l´être humain n’arrivait jamais à connaître l´amour, il serait toujours en demande et jamais au service des autres. 

C´est l´amour qui vient sauver l´être humain de son égoïsme qu’il porte en lui dès sa naissance (Abel) et c´est la capacité d´aimer qui fait changer l´égoïsme en altruisme. Et selon la proportion  dans laquelle va se faire cette transmutation on dira qu’on a plus ou moins d´Ego, même si cette dénomination est  tout à fait incorrecte.  Plus encore, peut être on apprend à prendre conscience de l´une de ses observations.

La Bible nous montre comme le déluge a été une opportunité pour que l´homme puisse retrouver son chemin. Les caïnites ont du s´effacer lors du déluge et l´homme aurait pu retrouver sa place en Tipheret, où il devrait avoir été placé au début s´il avait continué comme Adonaï, mais l´Ego contenait en soi la semence de ces deux frères et il a continué à agir de la même façon.

Quand on dit qu´on doit se défaire de l´Ego, on devrait dire, en réalité, qu´on doit se défaire de l´égoïsme (Caïn), car se défaire de l’Ego paraît  impossible.

 

V.- Conclusion

L´Ego est l´expérience la plus fondamentale qui nous ayons. Il n’est pas une réalité qu´il faut admettre à l´aveugle, mais quelque chose qu´on peut vérifier continuellement dans notre vie quotidienne, car il est  pur silence intérieur. Si on s´observe attentivement, on peut voir que les sensations corporelles changent,  les sentiments s´évanouissent, la pensée et les idées fluent, mais il y a quelque chose qui demeure pour se rendre compte de ce flux. Cette chose est l´Ego. Et c´est cet Ego qui nous fait avancer et  de nous battre contre l’adversité qui nous anime afin d’étudier, de connaître, de vouloir évoluer, de croître comme individus. Sans lui, nous serions à jamais l´enfant dépendant de la mère. Mais c´est lui aussi qui nous empêche d´avancer quand il est mal placé. Caïn c´est la partie la plus basse du corps astral. Celle qui place notre observateur intérieur à la plus nocive des possibilités, celle qui n´est pas capable de se sacrifier et celle qui ne sait pas quoi faire de sa liberté.

Et c´est maintenant que ce qu´on nomme le Super-Ego entre en action. C´est lui, la partie inconsciente qui est en rapport avec la partie plus haute du corps astral, l´étincelle divine qu’il y a, à l’intérieur de chacun de nous. Par son langage symbolique et sa volonté,  le Super Ego peut détacher de l´Ego  sa partie égoïste et le transformer en partie altruiste.

Comment et pourquoi ?

Parce que si l´être humain pouvait vraiment se défaire de l´Ego, on aurait le vide, une sorte de dépersonnalisation qui rendrait l´humain à un état végétatif. Mais étant donné que l´Ego est la partie fondamentale de ce qu´on connaît comme existence humaine, c´est totalement impossible.

Cependant, le Super-Ego peut montrer à l´Ego qu’il  peut trouver aussi du plaisir en rendant service aux autres.

C´est une sorte d´égoïsme aussi, bien sûr, mais supérieur.  Seulement quelques élus sont capables d´éliminer complètement leurs nécessités ou quasi, mais ce n´est pas pour qu´ils effacent  leur Ego, sinon par qu´ils sont capables de ressusciter en eux  Abel. 

Un peu plus loin encore, si l´homme continue a être placé dans le Royaume de Malkut, c´est justement pour maintenir l´équilibre, car il y a un arbre de la vie inversé  le Quliphah, ou « Arbre de la Mort » où il a les mêmes sefirots en sens négatif nommés Klifots, c´est le domaine de Sitra Ajra, (littéralement « à l´autre côté) de l´arbre la vie. La spirale a continué…

L´homme est chargé de maintenir l´équilibre entre les deux arbres, comme il l´était au début de maintenir l´équilibre en Tipheret. Dans la Table d´Emeraude il est dit :

« …et il reçoit l´énergie du Supérieur et de l´inferieur. C´Est pourquoi toute obscurité s´éloignera de toi. ». 

À cause de cela il vit toujours comme un pendule qui oscille entre le positif et le négatif (principe de polarité), mais cela ferait l’objet d’ une autre planche.

À mon avis, on ne devrait pas essayer d´effacer notre Ego, car nous effacerions notre personnalité. Nous devrions essayer de transformer la nécessité de satisfaire nos propres besoins dans le plaisir de combler les besoins des autres. Et la seule manière de faire cela, c´est d´abord, se connaître et utiliser notre Super-Ego, qui n´est rien d´autre que notre volonté en action par le moyen de l´amour. Et si on pouvait faire ce qu´en théorie on peut faire, c´est de choisir en chaque instant le point d´observation le meilleur possible. Mais comme cela est relatif, on est « condamné » pour l´instant à faire un choix, plus ou moins conscient, chaque fois.

Ce qui nous amène une fois de plus au : « Connais-toi à toi-même ».

Je  revendique  l’idée de dépestiférer l´Ego car il est une composante importante de l´être.

par Nymywe

Langue

Où nous trouver

Qui est en Ligne

Nous avons 30 invités et aucun membre en ligne